Sisters
Sisters

Feb 11, 2020 4 min de lecture

Thermomix TM7 de Vorwerk

thumbnail for this post

Fraîchement sorti courant mars 2019, le Thermomix TM6 pourrait être proposé à la vente durant les 4-5 prochaines années, à l’exemple de ce qu’il s’est produit avec son prédécesseur. Dans un marché des préparations culinaires toujours plus concurrentiel, le fabricant Vorwerk ne doit cesser de proposer des nouveautés afin maintenir sa position de leader du marché.

Un secteur de plus en plus concurrentiel

Les fabricants de robots multifonctions sont de plus en plus nombreux sur le marché. Cependant, après de nombreuses années de croissance, le secteur a connu un léger ralentissement sur l’année 2019, et ce, malgré l’excellente réussite commerciale du Monsieur Cuisine Connect de chez Lidl et le lancement du nouveau TM 6.

Actuellement proposé à 1299€, le TM 6 représente un budget assez important en comparaison avec ses principaux concurrents qui se positionnent jusqu’à 3 fois moins chers pour les moins chers d’entre eux. Au fil des années, l’offre de ces concurrents s’est élargie afin de proposer un produit de qualité et de plus en plus complet.

Aujourd’hui, Vorwerk soutient ses tarifs par l’image de marque et la garantie complète incluant pièces, mains d’œuvre et service confort sur 2 ans. Cependant, cet avantage concurrentiel ne pourra durer indéfiniment. En effet, bien qu’il reste le leader du secteur, les parts de marché du fabricant se résorbent. Afin de maintenir ce leadership, il est évident que Vorwerk revoit son offre à la baisse puisque le tarif est de moins en moins justifié. En revanche, s’il décide de maintenir ce tarif, il serait intéressant de proposer plus de contenu ou de fonctionnalités au client.

Quelques éléments perfectibles

  • L’une des plus grosses limites porte sur le contenant du bol du robot TM6. En effet, avec un volume de 2,2 litres, il se situe dans la moyenne basse du marché des robots haut de gamme. Malheureusement, ce volume est trop juste pour assurer la préparation de plats pour une famille de 6 personnes. Certains concurrents proposent un volume allant jusqu’à près de 4 litres. Afin de poursuivre son leadership, le TM7 devrait proposer un volume plus important afin de préserver son leadership.

  • Un produit moins bruyant : malgré un effort remarquable sur le TM6, le produit reste tout de même bruyant. Par conséquent, le TM 7 devrait poursuivre sur cette lancée pour réduire le bruit à travers d’autres innovations.

  • De nouvelles fonctionnalités : Il serait intéressant d’intégrer une fonction râper ou trancher au robot. En effet, ces 2 tâches sont récurrentes dans le monde de la cuisine et certains concurrents les intègrent déjà. D’ici quelques années, l’intégration de ces fonctionnalités devrait devenir la norme du marché.

  • Un réseau de distribution plus large : Malheureusement, le TM6 n’est principalement disponible que par un réseau de vente en direct sur des plateformes en ligne. En effet, Vorwerk dispose de 2 boutiques en France proposant le robot à la vente. Seulement, les concurrents parviennent à récupérer des parts de marchés sur le Thermomix puisqu’ils sont disponibles dans les grandes enseignes d’électroménagers. En développement son canal de distribution, Vorwerk pourrait consolider son leadership.

En somme, le Thermomix, produit phare de Vorwerk a de beaux jours devant lui. Tant la qualité du produit, que les matériaux choisis, ou bien que le résultat des plats réalisés par le robot lui assureront certainement une belle continuité. Seuls quelques éléments, et notamment la capacité du bol, nous semble pertinent à améliorer. Attention toutefois à mieux soigner la communication sur le futur remplaçant du TM6. En effet, l’arrivée du dernier modèle en date s’est fait dans l’anonymat le plus total. Cela avait notamment provoqué la colère des acquéreurs du précédent modèle juste avant la sortie du TM6. En effet, ils disposaient d’un produit déjà devenu obsolète, quelques jours après le lancement du nouveau produit. L’absence de communication avait également freiné le démarrage du produit, qui a connu l’un des démarrages les plus lents de son histoire.